Ravintsara - HE Agrandir
Ravintsara - HE

L’huile essentielle biologique de ravintsara permet de lutter contre toutes les Infections virales, notamment la grippe grace à son action Immuno-stimulante. Elle agit egalement sur l’herpès, le zona, la varicelle, sur la fatigue physique et nerveuse et sur les contractures et les troubles  musculaires.

Plus de détails

4,20 €

ajouté au panier.

Programme de fidélisation En achetant ce produit vous pouvez gagner jusqu'à 15 points de fidélité. Votre panier totalisera 15 points pouvant être transformé(s) en un bon de réduction de 0,75 €.


 

Selon l'ouvrage "La Passion des Huiles Essentielles et des Eaux Florales" de Joel Ruiz et Christophe Drezet (ISBN 978 2 9540153 0 9)


 

Nom latin :  Cinnamomum  camphora

 

Famille :   Lauracées

 

Provenance :   Madagascar.

 

Particularités de la plante :  cette plante aime les forêts tropicales et peut atteindre 15 m. Ses feuilles sont ovales, alternes, coriaces, larges, persistantes et brillantes. Sa baie caractéristique est divisée intérieurement en six alvéoles dont chacune renferme une graine.

 

La récolte des feuilles valorise la forêt malgache et le préserve des incendies volontaires. Contrairement à la récolte des écorces qui détruit l’arbre ! –voir remarques-

 

Partie distillée :   feuilles

 

 

 

Principaux actifs chimiques : 1,8 cinéole, terpènes, esters.

 

 

 

Arôme : frais, tonique, rappelant un peu l’eucalyptus.

 

 

 

Précautions d’emploi :    

 

Aucune contre-indication aux usages et doses physiologiques recommandés.

 

Très bonne tolérance cutanée.

 

 

 

Propriétés thérapeutiques principales:     ++++

 

- Anti-infectieuse. Anti-virale puissante.

 

- Expectorante. Neurotonique et stimulante de l’appareil respiratoire.

 

- Immuno-stimulante.

 

 

 

Indications principales :

 

On l’utilisera donc pour soigner toutes les Infections virales, et notamment la grippe. Mais aussi, contre les sinusites, les rhinopharyngites, certaines bronchites, la coqueluche…Pour dégager le système respiratoire et stimuler le système immunitaire.

 

Elle aidera à soigner les hépatites virales, les entérocolites. Très indiquée pour la mononucléose infectieuse.

 

Elle est remarquable contre l’herpès et le zona, le zona ophtalmique, la varicelle, le typhus.

 

 

 

Propriétés et indications thérapeutiques secondaires:     ++

 

- Décontractante musculaire.

 

Dans tous les cas de fatigue physique et nerveuse, de contractures et troubles  musculaires.

 

 

 

Conseils d’utilisation

 

Usage interne :

 

1 à 3 gouttes diluées dans du miel ou dans un peu d’huile d’olive ou sur un comprimé neutre. 2 à 4 fois par jour suivant le degré de l’infection.

 

Ne pas hésiter à associer traitement interne et externe durant quelques jours.

 

 

 

Usage externe sur la peau :

 

On peut l’utiliser pure sur la peau en onction localisée. Faire quand même un test au pli du coude.

 

En cas d’extrême sensibilité ou de massages étendus, on la diluera dans une huile végétale de jojoba, d’amade douce ou autre. Dilution de 20 % à 40%, suivant le problème à traiter.

 

Pour les infections broncho-pulmonaires, la grippe, on massera la nuque, le haut du dos, le thorax, le cou, derrière les oreilles, le nez  -attention aux yeux-.

 

Pour d’autres types d’infections –intestinales, vaginales, cutanées…-, pour stimuler le système immunitaire, appliquer sur les zones atteintes et masser également le creux des poignets, la nuque et le long de la colonne vertébrale.

 

Pour décontracter des muscles, le dos, les cervicales, masser brièvement plusieurs fois par jour.

 

 

 

 

 

En diffusion :

 

On peut respirer quelques gouttes sur un mouchoir ou faire une inhalation en association avec des H.E. d’Eucalyptus, de Niaouli, de Pin sylvestre. Ou encore en diffusion atmosphérique avec ces mêmes huiles essentielles et des H.E. d’agrumes, de Lavande…

 

 

 

Associations possibles :  Les H.E. d’Eucalyptus, Niaouli, Origan, Tea Tree, Thym pour les phénomènes infectieux.  Celles d’Eucalyptus citriodora, Laurier, Petit grain pour les massages décontractants.  Celles de Pin, Orange, Mandarine, Lavande, Niaouli en diffusion.

 

 

 

 

 

En cuisine

 

On l’utilise comme une épice dans des recettes de cuisine Malgache. 1 à 2 gouttes suffisent. Elle aseptise fortement le plat.

 

 

 

Le bon conseil de Joël :

 

Vous avez régulièrement un herpès labial qui revient à chaque période de stress ou de fatigue. Utilisez le mélange suivant pour le traiter et surtout le prévenir.

 

Mélangez dans un petit flacon, 1 grosse cuillère à soupe d’huile végétale de jojoba ou de calendula + 20 gouttes d’H.E. de Ravintsara + 20 gouttes d’H.E. de Tea Tree et 20 gouttes d’H.E. de Laurier.

 

Appliquer 3 gouttes du mélange, 4 fois par jour, en traitement – directement sur l’herpès -  et 1 fois par jour en prévention, autour des lèvres, et cela, dès que vous vous sentez fatigué ou stressé.

 

 

 

 

 

Les recettes du naturo :

 

Il faut penser à utiliser l’huile essentielle de ravintsara chaque fois que l’on doit stimuler le système immunitaire.

 

Pour faciliter le rétablissement en cas de mononucléose infectieuse, diluer 10 ml d’H.E. de ravintsara dans 30 ml d’huile végétale de jojoba, d ‘amande douce ou autre.  Masser plusieurs fois par jour avec quelques gouttes du mélange la colonne vertébrale, la nuque, le plexus solaire, les poignets.

 

Pour aider à traiter un zona, faites la dilution dans les mêmes proportions dans de l’huile végétale de calophylle.

 

 

 

 

 

Remarque : Il y a eu beaucoup de confusions et de polémiques pour différencier les dénominations ravintsara, ravensare, ravintsare…  A l’origine, cet arbre poussait en Asie et se dénommait camphrier (cinomomum camphora) en raison de sa forte teneur en camphre. Importé à Madagascar, il s’est croisé avec des espèces endémiques de l’île pour donner ravintsara aromatica qui ne contient presque plus de camphre mais une grande quantité de 1,8 cinéole, ce qui lui donne de grandes qualités thérapeutiques. Donc finalement, on ne trouve qu’une seule espèce végétale nommée ravintsara aromatica mais dont on peut distiller les feuilles ou l’écorce. Avec toutefois des propriétés très différentes.

 

On n’utilise en général que ravintsara aromatica feuilles. Ravintsara aromatica anisata écorce est à déconseiller car d’un moindre intérêt thérapeutique, elle a des contre-indications et surtout la récolte des écorces détruit l’arbre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1 à 3 gouttes diluées dans du miel ou dans un peu d’huile d’olive ou sur un comprimé neutre. 2 à 4 fois par jour suivant le degré de l’infection.

 

Ne pas hésiter à associer traitement interne et externe durant quelques jours.

 

 

 

 

On peut l’utiliser pure sur la peau en onction localisée. Faire quand même un test au pli du coude.

 

En cas d’extrême sensibilité ou de massages étendus, on la diluera dans une huile végétale de jojoba, d’amade douce ou autre. Dilution de 20 % à 40%, suivant le problème à traiter.

 

Pour les infections broncho-pulmonaires, la grippe, on massera la nuque, le haut du dos, le thorax, le cou, derrière les oreilles, le nez  -attention aux yeux-.

 

Pour d’autres types d’infections –intestinales, vaginales, cutanées…-, pour stimuler le système immunitaire, appliquer sur les zones atteintes et masser également le creux des poignets, la nuque et le long de la colonne vertébrale.

 

Pour décontracter des muscles, le dos, les cervicales, masser brièvement plusieurs fois par jour.

 

 

 

 

 

En diffusion :

 

On peut respirer quelques gouttes sur un mouchoir ou faire une inhalation en association avec des H.E. d’Eucalyptus, de Niaouli, de Pin sylvestre. Ou encore en diffusion atmosphérique avec ces mêmes huiles essentielles et des H.E. d’agrumes, de Lavande…

 

 

 

Associations possibles :  Les H.E. d’Eucalyptus, Niaouli, Origan, Tea Tree, Thym pour les phénomènes infectieux.  Celles d’Eucalyptus citriodora, Laurier, Petit grain pour les massages décontractants.  Celles de Pin, Orange, Mandarine, Lavande, Niaouli en diffusion.

 

 

 

 

 

En cuisine

 

On l’utilise comme une épice dans des recettes de cuisine Malgache. 1 à 2 gouttes suffisent. Elle aseptise fortement le plat.

 

 

 

Le bon conseil de Joël :

 

Vous avez régulièrement un herpès labial qui revient à chaque période de stress ou de fatigue. Utilisez le mélange suivant pour le traiter et surtout le prévenir.

 

Mélangez dans un petit flacon, 1 grosse cuillère à soupe d’huile végétale de jojoba ou de calendula + 20 gouttes d’H.E. de Ravintsara + 20 gouttes d’H.E. de Tea Tree et 20 gouttes d’H.E. de Laurier.

 

Appliquer 3 gouttes du mélange, 4 fois par jour, en traitement – directement sur l’herpès -  et 1 fois par jour en prévention, autour des lèvres, et cela, dès que vous vous sentez fatigué ou stressé.

 

 

 

 

 

Les recettes du naturo :

 

Il faut penser à utiliser l’huile essentielle de ravintsara chaque fois que l’on doit stimuler le système immunitaire.

 

Pour faciliter le rétablissement en cas de mononucléose infectieuse, diluer 10 ml d’H.E. de ravintsara dans 30 ml d’huile végétale de jojoba, d ‘amande douce ou autre.  Masser plusieurs fois par jour avec quelques gouttes du mélange la colonne vertébrale, la nuque, le plexus solaire, les poignets.

 

Pour aider à traiter un zona, faites la dilution dans les mêmes proportions dans de l’huile végétale de calophylle.

 

 

 

 

 

Remarque : Il y a eu beaucoup de confusions et de polémiques pour différencier les dénominations ravintsara, ravensare, ravintsare…  A l’origine, cet arbre poussait en Asie et se dénommait camphrier (cinomomum camphora) en raison de sa forte teneur en camphre. Importé à Madagascar, il s’est croisé avec des espèces endémiques de l’île pour donner ravintsara aromatica qui ne contient presque plus de camphre mais une grande quantité de 1,8 cinéole, ce qui lui donne de grandes qualités thérapeutiques. Donc finalement, on ne trouve qu’une seule espèce végétale nommée ravintsara aromatica mais dont on peut distiller les feuilles ou l’écorce. Avec toutefois des propriétés très différentes.

 

On n’utilise en général que ravintsara aromatica feuilles. Ravintsara aromatica anisata écorce est à déconseiller car d’un moindre intérêt thérapeutique, elle a des contre-indications et surtout la récolte des écorces détruit l’arbre.